Êtes-vous concernés ?

 

Les dépendances affectives constituent une sous-catégorie très particulière des dépendances. En effet elles sont à la fois le poison et le remède. C'est en effet dans la relation à l'autre et notamment les relations amoureuses que s'activent nos plus grandes peurs : Celles de l'abandon et du rejet mais c'est également grâce à ces relations que nous croyons fuir nos démons intérieurs. En nous plaçant au service de l'autre, en répondant à ses attentes, en nous rendant indispensable à son équilibre, dans son quotidien, nous croyons nous immuniser du risque d'abandon. A l'inverse en nous laissant porter par l'autre, pousser par son énergie créative, bercer par sa sollicitude nous croyons un temps avoir comblé notre vide affectif. L'autre acquiert ainsi tous les pouvoirs, il peut nous sauver ou nous blesser à mort. Nous utilisons toutes nos stratégies inconscientes pour que cela n'arrive pas mais, ce faisant nous oublions notre principale source de joie : Pouvoir être nous-même, même en présence de l'autre.

Mon hypothèse personnelle est que nous nous dirigeons toujours vers le bon partenaire pour parvenir à comprendre nos mécanismes de défense inconscients et les peurs qu'ils servent à masquer. L'autre est pour moi un chemin vers soi, certes douloureux mais qui ouvre à tous les possibles.

Ma conviction est que nous sommes tous dépendants affectifs mais à degré différent.

 

Pour vous en convaincre, répondez à ce petit questionnaire.

 

Êtes-vous dépendant affectif  ?

  • Avez-vous des difficultés à entretenir des relations amoureuses paisibles  ? (1)

  • Avez-vous l'impression de devoir dissimuler une partie de vos comportements, états intérieurs ou envies à votre partenaire quand vous êtes engagé dans une relation avec lui  ? (2)

  • Êtes-vous très différent dans vos relations amicales et amoureuses  ? (2b)

  • Avez-vous du mal à vous engager  ? (3)

  • Choisissez-vous des hommes ou des femmes indisponibles ? ( mariés, vivant à l'étranger, en déplacement permanent, travaillant nuit et jour?...) (4)

  • Avez-vous tendance à multiplier les partenaires  ? (5)

  • Avez-vous le sentiment de n'être jamais tombé amoureux  ? (6)

  • Choisissez-vous des partenaires de vie très fiables mais dont vous n'êtes pas amoureux  ? (7)

  • Pensez-vous être un cœur d’artichaut et avoir tendance à fondre au premier mot doux  ? (8)

  • Les relations amoureuses ressemblent t'elles à un plaid dans votre intérieur  ? Avez-vous peur de vous y perdre  ? (9)

  • Vous sentez vous menacé d'étouffement quand vous êtes en couple à force de sacrifice et d'oubli de vous-même au profit de l'autre  ? (10)

  • Avez-vous l'impression constante de ne pas en faire assez pour assurer l'autre de vos sentiments  ? (11)

  • Avez-vous l'impression constante que l'autre n'en fait pas assez pour vous et ne vous sécurise pas  ? (12)

  • Vivez-vous en couple dans la peur de la séparation et de l'abandon  ? (13)

  • Entretenez-vous le doute chez l'autre pour avoir l'impression de «  le tenir  »  ? (14)

  • Entretenez-vous le fait de lui devenir indispensable pour avoir l'impression de «  le tenir  »  ? (15)

  • En cas de séparation, partez-vous dans des crises de culpabilité en vous blâmant totalement pour la rupture  ? (16)

  • En cas de séparation, tenez-vous un listing des défauts de votre partenaire pour lui faire prendre tous les tords face à l'échec  ? (17).

Si vous répondez oui plus de huit fois vous avez tendance à l'addiction amoureuse. Pour moi il s'agit d'une tendance que nous portons tous à des degrés différents. Quel que soit votre profil, les questions 1, 2, 2b, 12 et 13 vous parlent probablement. Si votre tendance est celle du culpabilisé vous avez probablement répondu oui aux questions 4, 8, 10, 11, 15 et 16. Si votre profil est plutôt abandonnique vous avez probablement acquiescé aux questions 3, 5, 6, 7, 9, 14 et 17. Le test suivant " Quel est votre profil de dépendant affectif ? ", va permettre d'affiner encore votre tendance de base.